Comment convaincre un joueur de signer ? / Ligue 2 / Vis ma vie de DS / Episode 8 / SOFOOT.com

Jusqu’au 1er September, le mercato va rythmer la vie des clubs de l’Hexagone. Au-delà des rumeurs farfelues, des offres mirobolantes et des fantasmes de supporters, il ya une réalité, que des dirigeants de formations de Ligue 2 ont accepté de nous raconter tout au long de l’été. Ce vendredi, Frédéric Hébert, directeur sportif du Paris FC, decrit sa method pour convaincre un joueur de s’engager en faveur de sa formation.


modified


  • Faire sentir au joueur qu’on le connaît mieux que lui-même

    « Au Paris FC, on ne gère pas des dossiers dans l’urgence. Le mercato est travaillé bien en amont, ce qui signifie qu’il ya de longues discussions, pendant plusieurs mois, avec le joueur ciblé. S’il manifeste de l’intérêt, on organizing a visite des installations. C’est d’autant plus important que notre center d’entraînement (base at Orly, NDLR) est désormais de quality, digne d’un club de Ligue 1. Ensuite, le process est très clair. Je reçois le joueur dans mon bureau et on échange pendant deux heures. Je lui dis comment on le perçoit, en m’appuyant sur un scouting report, pour lui exposer ses points forts, ses points faibles, et pas mal d’autres elements dont je ne peux pas trop vous parler. Pour illustrer mon propos, je lui montre aussi a video compilant certaines de ses actions. L’enjeu crucial, ici, c’est de lui faire comprendre qu’on le connaît très bien, en tant que footballeur et en tant que personne. Pour cela, on n’hésite pas non plus à lui soumettre des exercises de préférences motrices, qui permettent de savoir différentes choses sur le plan humain et physique. Ça fait partie des éléments que l’on met en place pour convaincre les joueurs cibles de nous rejoindre. »

    “Si on parvient à faire monter le PFC dans l’élite, on sait très bien que cela aura une résonance française, européenne et même mondiale. Notre project global fait vibrer les joueurs, c’est une certitude. » Frédéric Hébert, director sportif du Paris FC


  • Valoriser au maximum le project club

    « Comme dans toutes les négociations, the aspect financier occupe an important place. Forcément, nos propositions salariales doivent convenir au joueur si l’on veut envisager un avenir commun. Mais au-delà du financier, je constate que nos recrues sont toutes très intéressées par le project club que nous leur présentons. Il faut dire que ce project est extremely attractive: il s’agit de faire du Paris FC le deuxième club parisien de Ligue 1. Ce serait historique et les joueurs y sont évidemment sensibles. Si on parvient à faire monter le PFC dans l’élite, on sait très bien que cela aura une résonance française, européenne et même mondiale. Parce que le nom de notre club, c’est Paris. C’est une mark Internationalement reconnue. Notre project global fait vibrer les joueurs, c’est une certitude. Les six joueurs qu’on a recruités cet été étaient sollicités par de gros clubs de Ligue 2, voire d’autres écuries, parfois même de Ligue 1. S’ils nous ont choisis malgré cette très forte concurrence, c’est bien parce que nous summers attractifs. Depuis que je suis en poste (January 2020, NDLR), c’est arrivé très rarement qu’on ne nous réponde pas favorablement. Une ou deux fois, peut-être. »

    Frédéric Hébert in discussion with Thierry Laurey


  • L’entraineur, autre atout majeur

    « Mon rôle consiste donc à vanter ce project global du club. En quelque sorte, j’offre au joueur une projection sur du moyen terme. Après, c’est au tour du president (Pierre Ferracci, NDLR) d’exposer sa vision du club sur le long terme. Enfin, le coach (Thierry Laurey, NDLR) intervient pour parler du court terme, du project de jeu qu’il compte mettre en place, de la façon dont il souhaite utilize la nouvelle recrue potentiale. Ça, c’est vraiment l’étape finale. On a la chance d’avoir un entraîneur habitué à la Ligue 2, qui est déjà monté à deux reprises (with the Gazélec Ajaccio in 2015 and Strasbourg in 2017, NDLR). Son experience est clairement un argument qui compte aux yeux des joueurs. Ça a pesé dans le choix de Pierre-Yves Hamel, qui a signé chez nous alors qu’il était très sollicité. Quoi qu’il en soit, on fonctionne de manière collégiale, avec une règle de base : le coach, le president et le directeur sportif doivent être tous les 3 d’accord pour que l’on tente de recruiter un joueur. Si ce n’est pas le cas, on ne va pas plus loin, parce qu’on risque de se planter. Des à present, on his project deja sur le mercato qui aura lieu dans un an, pour preparer la saison 2023-24. Here are the two scenarios: the one in Ligue 2, and the other active ones in cas de mounte in Ligue 1… »

    Pierre-Yves Hamel, L’une des recrues parisiennes de l’été

    Propos recueillis par Raphaël Brosse
    Episode 1 : Comment prepared for sale, with John Williams (Amiens)
    Episode 2 : Comment later on, with Jean-Philippe Nallet (Annecy)
    Episode 3 : Que faire avec les joueurs en fin de contrat, avec Grégory Ursule (Rodez)
    Episode 4 : Comment bien digérer une descente, with Pierre Dréossi (Metz)
    Episode 5 : Comment on the discussions with the agents, with John Williams (Amiens)
    Episode 6 : Source place reste-t-il pour la privée, with Grégory Ursule (Rodez)
    Episode 7 : Comment recruiter malin with a budget serré, with Jean-Philippe Nallet (Annecy)

  • .

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.