le plan de l’Europe vivement critiqué par l’equivalent européen de la CNIL, au nom du respect de la vie privée

Two European instances charged for the protection of personal data ont dernièrement mis en garde Bruxelles. Dans a report paru vendredi 29 July, the European Controller of the Protection of Donations and the European Committee of the Protection of the Donations, so it is inquiétés des “risky” pour la vie privée, que comporterait un project de règlement de la Commission européenne, permettant d’obliger une plate-forme ou une messagerie en ligne à détecter des contenus pedophiles.

Présenté en mai, ce project center sur la lutte contre la pedopornographie, instaurerait un « Center Europeen de lutte against the exploitation of sexual des enfants » et imposerait aux grandes plates-formes en ligne de “Mesurer les risques de distribution de pornographie infantile ou de sollicitation à caractère sexuel”de suppressing rapidement les contenus illégaux et de signaler tous les contenus pédopornographiques detected.

Ouvertement dénoncé au cours des derniers mois par des ONG de defense de la vie privée, le patron de WhatsApp – Will Cathcart – et d’autres entreprises technologiques, c’est désormais à l’equivalent européen de la CNIL de désavouer publiquement ce règlement. En cause, une disposition en son be qui prévoit d’imposer un scan de all the messages, don’t ceux chiffrés, pour déceler tout contenu pédopornographique – child sexual abuse material (CSAM), en anglais – et prendre les mesures adéquates, le cas échéant.

lire also Article reserved to nos subscriptions Apple accusé d’ouvrir la porte à une surveillance des content privés

Des mesures jugées “extremement préoccupantes”

Le texte européen prévoit ainsi une “Obligation of detection ciblee”, qui contraindrait les services de grandes plates-formes à suppress des contenus signals par une autorité national. Les entreprises devront ainsi “Deployer des technologies also peu intrusive que possible, en conformité avec la loi et les technologies existantes, et devront limiter au maximum les taux de faux positifs”.

Un énoncé bien trop vague, selon ses détracteurs, pour qui le texte crée a connection contradictoire between surveillance of the messages échanges et respect de la vie privée. “Les mesures proposed for detection of the target of children in the cadre of services de communications interpersonal [messageries] so extremely préoccupantes »juge le controller européen de la protection des données, Wojciech Wiewiorowski.

Ces inquiétudes rejoignent cells expressed notamment par l’Allemagne, qui a mis en garde against the surveillance of the messages cryptées, telles que WhatsApp. Pour le deputé européen allemand du Parti pirate Patrick Breyer, « Control the messages instantaneously equal to the other to La Poste d’ouvrir et lire tous les courriers ». Ceest “A step in the direction of a surveillance d’Etat à la chinoise”at-il ajouté dans un communiqué.

Un risque possible pour le droit au respect de la vie privée

“Tot en soutenant les objectifs et les intentions derriere cette proposition”the European Committee for the Protection of Donations and the European Controller for the Protection of Donations (CEPD) « Experiment leurs graves inquiétudes quant à l’impact des mesures envisagées sur la vie privée et les données personnelles ».

Selon ces instances européennes, “Il ya un risque que la proposition puisse donner lieu à a general analysis et à l’aveugle you contain de quasiment all type de communication électronique”. Elle appeale en conséquence à une “clarification” des conditions in les sources les injections de detection pourront être addresses aux suppliers de services.

“The utilization of technologies (…) tells that the artificial intelligence is most susceptible to the generation of errors and represents a high degree of intrusion in the private life of the individual”. [Dès lors le] Texts are presented plus de risques pour les individuals, et, par extension, pour la society dans son ensemble, que pour les criminels. »

Lira also : Article reserved to nos subscriptions With the metavers, a new tape in the difficult thing against sexual aggressions on the Internet

La Commission européenne se defense

La commissaire européenne aux interior affairs, Ylva Johansson, defending his debut in July with a project for the regulation of the face of criticism, in a blog bill. Elle a rappelé que toute detection était encadrée par des garde-fous, “ciblee and limitee in the temps”. A nouveau center Europeen sera chargé de vérifier qu’un contenu n’est pas signalé à tort avant d’être envoyé à la police.

« Aucune image innocente ne finira dans les bases de données de la police », a assured la commissaire suédoise. Ylva Johansson a également ajouté que the detection d’images pedopornographiques était déjà effectuée sur une base volontaire par des plates-formes, telles que Facebook et Twitter, ou des services de messagerie, like Gmail. The proposition de règlement doit faire l’objet d’une négociation avec le Parlement européen et le Conseil, qui representative les Etats membres.

Le Monde with AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.