le réseau cuivre d’Orange, un trésor de plusieurs billions d’euros

C’est a small revolution in the French telecoms. Aujourd’hui, the fiber est en passe de devenir le réseau de reférence pour se connecter à Internet à la maison. Quand ils en ont la possibilité, les Français se ruent vers cette technology, bien plus rapide que le vieil ADSL. D’après les derniers chiffres de l’Arcep, le régulateur des télécoms, l’Hexagone compte 15.5 millions d’abonnés à la fibre. Celle-ci represents the pres de la moitié (49%) of the accès à haut et à très haut debit. Désormais, ce sont près des 3 quarts des locaux et habitations du pays qui peuvent en benéficier. Cette percée de la fiber va de pair avec la baisse des clients ADSL, sur le réseau cuivre. Leur nombre a chuté de 2.8 millions en un an, à 12.3 millions de fideles.

C’est la raison pour laquelle Orange se prepare à éteindre, puis à démanteler, son réseau cuivre. L’ex-France Télécom est le seul propriétaire de cette infrastructure, qui a massivement été déployée dans les annees 1970 pour apporter le téléphone aux Français. Elle a ensuite and modernized pour fournir de l’ADSL to all the foyers. The alternate operators like SFR, Bouygues Telecom and Free Louent Aujourd’hui ce réseau à Orange pour servir leurs propres clients. L’operateur historique a précisé, le 7 février dernier, les modalités d’extinction de cette infrastructure. Il ambitionne de boucler ce chantier en 2030. Pour Orange because it is rivaux, conserver et entered deux réseaux Internet fixe relèverait, en effet, d’une aberration économique.

Orange is “assis sur une mine de cuivre”

Parmi les nombreuses questions qui se posent autour de ce chantier colossal, celle de la valeur de ce réseau cuivre figure en bonne place. On parle, ici, d’une quantity astronomique de metal. « Moi, je suis assis sur une mine de cuivre ! »rigolait Didier Lombard, ancien patron de France Télécom, dans un entretien à Liberation en 2005. Un métal dont, qui plus est, le cours a flambé ces dernières années. Celui-ci se situe désormais at 8,514 euros per tonne. Il pourrait, en outre, encore grimper dans les annees à venir, étant donné la demande croissante de secteurs comme le bâtiment, l’energie ou l’automobile.

Interrogé à ce sujet, Orange affirme disposer de 1.1 million de kilometers de cables en cuivre dans l’Hexagone. Il y en a de all types : des cables basements, déployés en “pleine terre”, or “en aérien”, via des poteaux le long des routes. Il n’y a, toutefois, pas grand-chose à tirer de ce chiffre. Certain cables comprennent une seule ligne, d’autres beaucoup plus… En revanche, en 2010, un document de l’Arcep (1) précisait qu’Orange disposait de 110 millions de pairs kilomètres de cables. In le jargon des télécoms, on parle de “paires de cuivre”, dans la mesure où les lignes sont “physiquement of the cables à paires symétriques”, rappelle le regulator. Ce cipher a également été cité en 2019, in an article des echoes. Corn Orange n’a pas été en mesure de nous le confirmer.

Tout le réseau ne sera pas démantelé

Quoi qu’il en soit, ce cipher permet de calculer le poids en cuivre du réseau d’Orange, et donc sa valeur. D’après un dirigeant d’un industriel du cable, on peut estimer le poids en metal d’un kilomètre de paire de cuivre à 8.96 kg (2). Des lors, le réseau d’Orange represents 985,600 tonnes de cuivre. Au course actuel, to obtient un pactole de 8.83 billion d’euros.

Il ne s’agit, ici, que d’une estimation. Elle est à prendre avec la plus grande précaution. A La TribuneOrange l’estime « Excessively elevated »etc « prematurée »dans la mesure ou la « dump » – c’est-à-dire le disassembly du réseau – ne débutera qu’en 2030. Ce n’est, en outre, certainement pas le montant que l’operateur encaissera. Et ce, pour plusieurs raisons. Primo : tout le réseau ne sera pas démantelé. Toutes les lignes aériennes le seront vraisemblablement. Mais pas l’intégralité du réseau enterré ou en pleine terre, qui est important. It is difficult to expect, to certain endroits, de defoncer le bitume or arracher des arbres pour retirer des cables… « La dépose du réseau enterré devra être étudiée selon les specificités et ses possibles impacts sur l’environnement »précise l’operateur historique.

Déposer et retraiter les cables coûte cher

secundo : il faudra retrancher à la valeur du cuivre récupéré les ‘importants coûts de dépose et de retraitement des cables. Notre industriel du cable en convient : « Les operations de retrait des gaines, des isolants et des armors coûtent cheraffirme-t-il. Elles occasionneront also une perte de metal. » Il devrait malgré tout, selon lui, rester “quelques billions” d’euros a orange.

L’operateur, pour sa part, s’agace qu’on presente sa “mine de cuivre” en potentiale mine d’or. Il faut dire que l’operateur clame qu’il veut pas supporter financièrement seul le chantier de la fin du réseau cuivre. Il souhaite, en clair, que les other operators fit à la caisse. Orange argue qu’il débourse 500 millions d’euros par for pour entretir cette infrastructure vieillissante, et que ces charges dépasseront à un moment les recettes. « Cette fin de vie du cuivre ne doit pas seulement être supportée par Orange en terms d’impact économique compte tenu du coût de ce réseau, qui augmente, alors que le nombre de clients baisse », a declared Fabienne Dulac, la patronne d’Orange France, l’été dernier. Des propos qui agacent copieusement les SFR, Bouygues Telecom et Free, qui feront tout, bien sur, pour ne pas mettre la main au portefeuille.

___

1. D’apres l’Arcep, le réseau cuivre “representing 400,000 km of civil engineering artery, 18 millions of poteaux and 110 millions of pair kilometers of cables”.

2. At this time it is the moyenne of the “section” of a cable télécom en cuivre (la surface de sa “partie cuivre”) that is 0.5 mm2, soit 1 mm2 for a pair of cuivre. A multiplier by the density of the liquid, à savoir 8.96 g/cm3.