les conservateurs de Boris Johnson perdent deux élections partials, le president du parti démissionne

Les conservateurs, au pouvoir, ont subi deux lourdes défaites lors d’elections parlementaires partielles, vendredi 24 juin. « Nous ne pouvons pas continuer comme si de rien n’était », a tranché le president du parti conservateur, Oliver Dowden, announcing sa démission peu après ces résultats.

Ces defaites « Sont les dernières d’une series de très mauvais results pour notre parti »a écrit M. Dowden dans une lettre au prime minister, Boris Johnson, ajoutant que “Quelqu’un doit prendre ses responsabilités”.

A l’issue des élections qui se sont tenues jeudi, les libéraux démocrates centristes ont renversé la majorité conservatrice pour remporter Tiverton et Honiton, circonscription du sud-ouest de l’Angleterre conservatrice depuis sa creation, en 1997. Le Parti travailliste, principal parti d’opposition, a récupéré la circonscription de Wakefield, dans le Nord de l’Angleterre, un fief traditionnellement travailliste mais ravi par les tories lors de leur triomphe de December 2019.

Ces élections ont été organisées après deux démissions d’anciens députés conservateurs. Le scrutin de Wakefield avait été déclenché par la démission d’Imran Khan, condamné à dix-huit mois de prison pour l’agression sexual d’un adolescent. A Tiverton et Honiton, le député de 65 ans, Neil Parish, a present sa démission après avoir admis regarder de la pornografie sur son téléphone au Parlement.

lire also Article reserved to nos subscriptions And on de derive at 10 Downing Street

“Perte de confiance”

Dans des discours saluant leurs victoires, les deux députés nouvellement élus ont declared que le Royaume-Uni avait perdu la foi en Boris Johnson et l’ont exhorté à démissionner.

Le chef de l’opposition, Keir Starmer, qui envisage de replacer M. Johnson au poste de premier ministre après les prochaines élections générales prévues en 2024, a clamé que Wakefield « pourrait être le lieu de naissance du prochain gouvernement travailliste ». « Wakefield a montré que le pays a perdu confiance dans les tories »at-il declared in a communiqué. « The result is a verdict on clair for a parti conservator that is court d’energy and d’idees. »

Lira also : Article reserved to nos subscriptions “Partygate” : Boris Johnson obtient la confiance des deputés conservateurs, mais sort très affaibli du vote

Le chef des liberaux démocrates, Ed Davey, an estimate que son parti était entré « in l’histoire politique with cette victoire stupéfiante » et que c’était un “Reveil to us ces deputés conservateurs qui soutiennent Boris Johnson”. « Les habitants de Tiverton et Honiton ont parlé au nom du pays »at-il ajoute. “Le public and assez des mensonges et des violations de la loi de Boris Johnson, et il est temps que les députés conservateurs summarize and ce qu’il faut et le renvoient. »

Refus de demissionner

M. Johnson a passé des mois à lutter pour sa survie après a series of controversies, notamment le “partygate” – ces soirées organisées en dépit des mesures de confinement –, qui a entamé sa légitimité comme leader du parti. The premier ministre a exclusive jeudi, if you ask for it from Rwanda for some Commonwealth, the demissioner and the case defaite. Mais deux semaines après avoir survécu sans éclat à un vote de defiance dans le sillage du “partygate”, ces résultats risquent d’accentuer le climat de defiance au be de la majorité.

Avant meme que la controverse n’éclate, en décembre, l’architecte du Brexit, âgé de 58 ans, avait perdu deux sièges autrefois sûrs lors d’élections partial l’année dernière. Il a ensuite obtenu un très mauvais score lors des elections locales de mai.

Quelques semaines plus tard, des dizaines de députés conservateurs ont déclenché un vote de défiance à l’encontre de M. Johnson, et plus de 40 % d’entre eux ont tourné le dos à leur chef de file en difficulté. Le contexte s’avère peu favorable pour son government, avec une inflation au plus haut depuis quarante ans – dépassant 9% – à l’origine d’une grève massive des cheminots, et l’échec récent d’une tentative très critiquée d’ expulser des migrants vers le Rwanda.

Lira also : Article reserved to nos subscriptions Au Royaume-Uni, the “crise du coût de la vie”

Le Monde with AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.