Les coulisses du bras de fer between Thales et Atos

Depuis un an, le groupe de defense rôde autour du spécialiste de l’informatique. Atos a tenté de se tourner verse Orange. Il a mis en place un plan anti-OPA contre Thales.

“Patrice Caine n’abandonnera jamais son project de racheter la cybersécurité d’Atos”. L’un de ses plus projects collaborators est formula sur la totale determination du PDG de Thales. Le groupe de defense a commencé à rôder autour d’Atos en 2019. A l’époque, les deux groups ont battallé pour le rachat de Gemalto, specialiste des cartes à puces, finalement remporté par Thales. Depuis cette acquisition, son PDG a opéré son virage stratégique ver la sécurité informatique et s’interesse à la “cyber” d’Atos.

Il a commencé à fourbir ses armes il ya un an, lorsqu’Atos a entamé sa descente aux enfers. A l’été 2021, le groupe announcement and effondrement de 30% de ses margins en raison du déclin de son activité historique de management de services informatiques pour les companies. Des la rentrée, des discussions informelles ont eu lieu between Thales, Atos et Orange. Les patrons des 3 groups ont échangeé en bilatérale.

Le patron d’Atos de l’époque, Elie Girard, a refusé de vendre l’activité de cybersécurité à son rival. Le PDG de Thales a then discussed avec celui d’Orange pour tester son appétit et envisager de racheter Atos ensemble. Les deux patrons ont rapidement conclu qu’ils n’étaient pas alliés, mais concurrents.

Elie Girard était en revanche plus ouvert aux reflexions du PDG d’Orange avec qui il a long temps travaillé. Stéphane Richard asks for the activation of the Orange Business Service (OBS), which also includes the cloud and cybersecurity, in the cell of Atos. En échange de quoi Orange serait devenu son actionnaire de reférence. Mais ses difficultés financières ont empêché les deux groups d’aller plus loin.

Un plan anti-OPA against Thales

Thales est alors passé à l’action en debut d’année après la deuxième alerte comptable d’Atos. Ses banquiers ont proposed au nouveau directeur général d’Atos, Rodolphe Belmer, de discuss d’un rachat. Le PDG Patrice Caine était prêt à s’allier au fonds Americain Bain qui venait de racheter un other actor des services informatiques: Inetum. Le plan prévoyait que l’ancien GFI Informatique reprenne les activités historiques d’Atos pour, selon nos information, around 5 billions d’euros.

Thales proposes to pay 2.7 billion euros for cybersecurity, according to Reuters. “Rodolphe Belmer était prêt à discuter avec nous mais son conseil d’administration lui a interdit” se plaint une source proche de Thales.

Le President d’Atos, était persuadé que Patrice Caine reviendrait à l’attaque. “Il craignait une attaque de Thales et a monté un plan anti-OPA”, explique un bon connoisseur du groupe. Bertrand Meunier a été pendant plus d’un to the administrator de Suez qui a lutté contre l’offensive de Veolia. Il ya rencontré Diane Galbe qui pilotait la stratégie de defense. Il l’a faite venir au meme poste chez Atos pour preparer la riposte en cas d’OPA de Thales.

Creation d’une fondation

Selon plusieurs sources, la direction a so étudié la creation d’une foundation pour y loger ses activités dans le cloud et la cybersécurité et les protéger de leur proie. La meme mesure avait été mise en place par Suez contre Veolia. Mi-fevrier, Atos a également sollicité l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour forcer Thales à démentir la preparation d’une OPA. Une tactique destinée à gagner du temps.

En effet, the regulation impose de tenir cet engagement pendant six mois. Thales a évité la declaration publique. Mais a quelques semaines des élections présidentielles, il a fait passer le message qu’il “ne lancerait pas d’assaut et laisserait le government décider” confirme un proche du PDG. Une pause pour mieux repartir à l’attaque? Patrice Caine ne renonce pas.

Au contraire. Il ya dix jours, Atos a dévoilé son plan stratégique visant à sa scission en deux entities, dont une pour la cybersécurité que vise Thales. Un démantèlement et le départ surprise du patron, Rodolphe Belmer, ont fait plonger le cours de Bourse de 40% en quelques jours. Au point que le gouvernement français s’est dit “attentif” à l’avenir d’Atos. The cybersecurity is an actif de sovereign national. An argument que martèle Thales pour convaincre le government de southenir son project.

Matthieu Pechberty Journalist BFM Business

Leave a Reply

Your email address will not be published.