“Les egos et la jalousie ont pris le dessus” / France / Clermont / SOFOOT.com

Figure du Clermont Foot depuis le rachat du club par Ahmet Schaefer en 2019, Jérôme Champagne aurait quitté ses fonctions de conseiller du president d’après un communiqué officiel publié en début de semaine. A point de vue que ne partage pas du tout le principal concerné. Selon lui, il aurait tout simplement été chassé du club. The ancien membre de la FIFA presente sa version des faits.


modified

D’après le communiqué du club published ce lundi, vous quittez Clermont par choix. Comment l’avez-vous vécu de votre côté ?
Le communiqué est totalement mensonger. On a quitte pass son enfant. Le Clermont Foot est un project qu’on a monté à trois : Ahmet Schaefer, Yannick Flavien et moi-même. I have a long career, in diplomacy, like FIFA, with passion projects in Kosovo, in Palestine, in Chypre… Mais Clermont a plus belle expérience professionnelle de ma vie. In collaboration avec d’autres, j’ai pu mettre en place ce que je pense être un club de foot, avec un mode de fonctionnement horizontal où la priorité est le sportif, mais pas que. Clermont is désormais un club impliqué dans son territoire alors que la ville est plutôt marquée rugby avec l’ASM. If you want to be fair in Clermont, you must assume that you are socially responsible and socially responsible. On a énormément travaillé en collaboration with les quartiers autour du stade Gabriel Montpied pour tenter d’insérer le club dans le tissu social local. Cela correspond to a philosophy that je defends. Je n’aurais jamais quitte Clermont.

Depuis quand les relations avec votre president Ahmet Schaefer ont commencé à se dégrader?
Il y eu deux moments cruciaux. D’abord debut avril, Ahmet Schaefer nous an annoucé qu’il voulait remodeler la cellule de recrutement française qui fait pourtant un travail magnifique avec Philippe Vaugeois. On s’y est opposé avec Yannick Flavien. Ensuite, il ya eu le transfert de Cédric Hountondji cet été. On the other hand, there are promises and bonuses in the case of interesting offers. Mais pas à Angers, pas chez un concurrent direct alors qu’il ya quatre descentes cette saison. D’autant que le joueur vaut bien plus que les deux millions pour lesquels il a été bradé. Je dirais que les liens se sont surement distendus petit à petit. En fin de saison dernière, on a enchaîné a sequence decided avec Metz, Troyes and Montpellier à domicile un little plus tard. Il fallait vraiment gagner pour se maintenir, mais Schaefer n’est pas venu…

Vous avez eu une explication avec votre president avant votre départ ?

« Ce qui m’arrive est tristement banal. C’est l’histoire d’une start-up qui n’a pas vraiment d’argent au debut. Mais quand elle grandit, arrivent les questions d’ego, d’autorité et de jalousie. Tout cela, c’est du gâchis » .

On a eu plusieurs discussions avec Ahmet Schaefer, mais ce qui m’arrive est tristement banal. C’est l’histoire d’une start-up qui n’a pas vraiment d’argent au debut. On a travaillé pour create a mode d’organization with a forme de collégialité à three with Yannick Flavien. A system original sans directeur général, ni directeur sportif, mais la start-up a grandi et à partir de là, arrivent les questions d’ego, d’authorité et de jalousie. Yannick Flavien et moi étions vraiment presents à Clermont. Il fallait être all le temps là parce qu’un club de foot n’est pas qu’une question de résultats sportifs. Il fallait also innover sur la communication. Je suis fier de cette originalité parce que je l’ai construite. Mais tout cela, c’est du gâchis.

Vous avez également évoqué une prime pour la montée en Ligue 1 non versée. Qu’était-il prévu ?
Dans a start-up, on promet aux collaborators principaux d’être rémunérés en action quand on n’a pas d’argent. C’est ce qu’Ahmet Schaefer a fait en nous parlant d’une prime de montée de 5% à Yannick Flavien et moi-même. Les promises n’ont pas été tenues. Mais ce n’est pas un problem, en all cas pas de mon côté. Peut-être que pour Ahmet Schaefer, c’était plus simple de me faire partir pour éviter de me donner ces 5% comme le club vaut bien plus aujourd’hui que le prix d’achat en 2019, mais ce n’est pas un conflit financier qui a causé mon depart. On an essay to create a mode of function original and horizontal… On retombe dans la verticalité.

Justement vous avez répété à plusieurs reprises au cours des 3 dernières années qu’un fonctionnement vertical classique menait souvent à des querelles internes. Avec le recul, pensez-vous toujours que votre triumvirat était la meilleure option pour diriger un club ?

« L’horizontality est quelque chose d’essentiel car personne n’est capable of d’apréhender à lui seul la complexité du monde du football. Je pense que le système que nous avons mis en place était le bon » .

L’horizontality est quelque chose d’essentiel car personne n’est capable d’apréhender à lui seul la complexité du monde du football. Je pense que le système que nous avons mis en place était le bon. On a regroupé la ville autour du foot. L’un des symbols de notre réussite c’est le taux de remplissage, le deuxième de Ligue 1 derriere le PSG with plus de 95%. D’ailleurs les commentaires des fans sont les meilleurs révélateurs. Ils ne comprennent pas pourquoi j’ai été poussé vers la sortie. At that club the ultras defended and directed? Pour moi c’est la meilleure des récompenses et cela me donne du baume au cœur.

The relations between the coach Pascal Gastien and the direction on the other hand are impacted by your conflict?
Not absolutely pas car on a tout fait pour protéger le groupe avec Yannick Flavien. On était très proche du vestiaire. C’était la difference between Ahmet et nous. Lui venait peu. Quand il était là, il arrive at 2:30 p.m. for a match at 3 p.m., il faisait des photos et si ça se passait bien, il montait sur la table du vestiaire pour distributor les primes avant de disparaitre. Nous, on était tout le temps la. Je n’ai pendant aucune animosité contre Ahmet. Je le connais depuis 16 ans. So there is no mistaking the question d’ego et de jalousie qui ont pris le dessus.

Est-ce la plus great déception de your vie professionnelle ?
Ce n’est pas une déception, c’est une douleur. La FIFA, c’était une déception professionnelle (Jérôme Champagne a visé la presidence de l’instance mondiale en 2014, NDLR). J’étais face à des obstacles politiques. Là, ce n’est pas pareil. Moi qui suis diplomate, j’ai visité 138 pays dans ma vie mais depuis trois ans, Clermont m’a permis de découvrir une vingtaine de villes françaises que je ne connaissais pas. In Auvergne, I discovered the gens passionnants et attachants. Il suffit de voir ce que les supporters disent de moi : j’étais là, j’allais leur dire bonjour et je venais boire des bières avec eux. Ce départ est un arrachement, meme si en réalité, je sais que c’est plutôt banal. In a start-up, quand le succès arrive il faut dégager un certain nombre de personsnes. Ça ne me surprend pas.

Vous dîtes que Yannick Flavien avait globalent tenu les memes positions que vous face aux décisions d’Ahmet Schaefer. Comment expliquer que vous seul ayez été poussé vers la sortie ?

« Au debut, le president s’est entouré pour benéficier de conseils variés. Mais au bout d’un moment, il décide de virer certaines personnes car il pense qu’il peut faire leur boulot tout seul » .

Dans le trio, on avait chacun nos compétences. Ahmet gerait le marketing et les droits TV, Yannick était le banquier qui s’occupait des finances et moi c’était plutôt le sportif, le politique et la communication. Au debut, le president s’est entouré pour benéficier de conseils variés. Mais au bout d’un moment, il décide de virer certaines personnes car il pense qu’il peut faire leur boulot tout seul. Si Ahmet a gardé Yannick Flavien, c’est also parce qu’il ne maîtrise pas son domaine de compétence. Je pense aussi qu’Ahmet n’aimait pas que je sois le visage du Clermont Foot.

Maintenant que votre expérience à Clermont est terminée, pourriez-vous vous investir dans an autre club à l’avenir?
Je ne crois pas que mon histoire avec le Clermont Foot soit terminée. Comment ? Je ne peux pas vous dire. Il peut se passer des tas de choses in a club. Quant à penser à un autre club, évidemment c’est bien trop tot. Je viens de perdre un enfant. Je ne suis pas en train de me demander si j’en veux un autre. J’aime profondément Clermont et je crois que le recrutement qui a été fait est bon. Il ya la volunté de se maintenir pour la deuxième fois de suite, ce qui serait historique. Mon histoire est triste mais ce qui compte, c’est d’être à fond derrière le groupe parce que c’est le club de mon cœur.

Propos recueillis par Gabriel Joly

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.