Mohed Altrad : pic émotionnel, chambrage avec le president Macron, identité, mea culpa, ambitions… Le president du MHR se livre

Après une heure de sommeil au soir du sacre contre Castres (29-10) vendredi 24 juin, à Saint-Denis, et la réception donnée au GGL Stadium samedi sun, Mohed Altrad, le patron du MHR, s’est offert une petite heure de tennis lors de sa sortie dominicale. “J’ai souffert, mais ça fait du bien”, dit-il, metaphore d’un titre de champion de France accueilli comme un soulagement après onze années de présidence.

“Dans dix ans, si on ne remporte pas un nouveau Brennus, les mauvaises langues diront que le MHR est une erreur de l’histoire”, predit le president Mohed Altrad, fier et ému d’avoir décroché son premier Bouclier, vendredi soir contre Castres (29-10) at the Stade de France. Emotional picture, room with President Macron, identity question, measure culpa, ambitions in Coupe d’Europe… Le patron du MHR a encore des choses à dire. “Le titre, maintenant c’est acquis, c’est fini”, dit-il, comme pour mieux se projecter vers une saison 2022-23 durant laquelle il portera le costume du champion.

Ce premier Bouclier Brennus vous permet-il d’entrer dans la cour des grands ?

Oui, et j’ai la chance d’être le president de cette institution à ce moment-là. Je suis ravi, mais ce n’est pas fini. Il faut confirmer. Dans dix ans, si on ne remporte pas un nouveau Brennus, les mauvaises langues diront que le MHR est une erreur de l’histoire. Il ya eu une popular au Stade de France, je pense qu’il y avait une note affective très claire en notre faveur, ce qui nous a rendus très heureux, fiers et émus. Montpellier should be considered as a terre de rugby.

En quoi est-ce important d’inscrire son nom au palmarès ?

Parfois, à un moment donné, l’histoire s’impose à vous. Je suis le premier à avoir apporté deux choses à Montpellier: un groupe mondial (Altrad) et ce titre. Ce jeune club de 36 ans n’avait pas de Brennus, je le lui ai apporté. En équipe bien sûr, car all seul on n’arrive à rien.

C’était cette année-là ?

Les 3 essais marques en six minutes, ça ne se voit jamais en général en finale du Top 14, qui est le meilleur championnat du monde. Dominer autant notre adversaire dans un contexte de finale, c’est quand meme exceptionnel.

Vendredi, les étoiles étaient aligned, les dieux étaient avec nous, on a profité de ce moment pour marquer notre histoire. J’espère que ça ne s’arrêtera pas là.

Je le dis avec beaucoup d’humilité, le mec qui a beaucoup de fric, qui veut faire du PSG ou du Barça et qui fait la gueule, ce n’était pas mon intention

Après le match, vous avez livré un mea culpa en direct à la télé (“J’ai passé du temps à comprendre le rugby, j’ai fait des erreurs, j’ai dû les corriger. La presse nous a stigmatisés de manière excessive à mon goût mais c’était justifié parce qu’on n’avait pas d’identité.”)…

Je voulais relater les relations de la presse avec moi et, à travers moi, celles du club. On a été stigmatisés mais on oublie que le club est jeune (créé en 1986) et qu’en 2011 j’étais novice. Auparavant, je ne m’interessais pas au rugby, je regardais l’équipe de France par fierté national, c’est tout. Je le dis avec beaucoup d’humilité, le mec qui a beaucoup de fric, qui veut faire du PSG ou du Barça et qui fait la gueule, ce n’était pas mon intention. Simplement, j’ai eu une mauvaise appréciation d’une situation, les critiques étaient justes à ce sujet, c’était le reflet de ce que j’étais. Bon, on a compris et corrigé le tir il ya deux ans, maintenant on y est. Il faudra nous pardonner nos faux pas.

Cette quête d’identité du club ne renvoie-t-elle pas à votre proper quête intérieure ?

surement. Lorsqu’on est déraciné, on s’accroche aux branches et, petit à petit, on construit son identité. Pour moi, c’est la France, à travers Montpellier, le rugby, l’economie, la littérature, ma famille.

“Si on gagne, le regard sur nous va changer”, affirmiez-vous dans nos colonnes avant la finale. Vous confirmez?

Je le pense sincerement. Même nos détracteurs ne peuvent nier qu’il s’est passé quelque chose. Il ya la manière de jouer, on a joué en équipe, on n’a d’ailleurs pas plus de stars que les autres. On a gagné, personne ne conteste cette victoire.
Le match était plié à la 12e minute. On a montré du caractère en defense, ils n’ont pas marqué. Il n’y a rien à dire.

Le titre, maintenant c’est acquis, c’est fini. On en est fier, Philippe a fait un travail monumental, mais attention à la suite.

Que vous a dit le President Macron?

On a plaisante. En 2018 (le CO avait battu 29-13 le MHR en finale), il venait d’être élu (May 7, 2017). À la fin du match, j’étais assis à côté de lui, il me dit : “La prochaine fois, ce sera pour toi.” Là, avant le match, je lui souffle : “N’oubliez pas, cette fois c’est pour moi.” Il me répond : “Ecoute, je suis là, à côté de toi !” Après le match, je l’ai remercié: “Tu as respecté ta parole, même si le public n’a pas été très sympa avec toi.”

Source image garderez-vous de ces 48 heures de folie ?

Beaucoup d’images de Montpellier ont defilé en accéléré dans ma tête.

On dit qu’il est toujours plus dur de confirmer ?

C’est clair. Il ya des examples de club qui gagnent le Brennus et qui derriere vivent une saison difficile. Rappelez-vous de Castres après 2018. J’en suis très conscient, j’ai d’ailleurs dit à Philippe Saint-André (le directeur du rugby) que je voulais lui parler au plus vite de la saison prochaine. Le titre, maintenant c’est acquis, c’est fini. On en est fier, Philippe a fait un travail monumental, mais attention à la suite. Les joueurs partent cinq semaines en vacances, l’intersaison sera courte.

On a fait un très bon recrutement – Ben Lam (Bordeaux-Bègles), Carbonel (Toulon), Coly (Stade Montois), Doumenc (Carcassonne), Chauvac (Brive), Tu’inukuafe (Auckland Blues) – mais les joueurs devront travailler physiquement, car là, ils vont se lâcher, boire, manger, prendre des kilos, perdre en cardio…

Nourrissez-vous des ambitions plus fortes lors de la prochaine Coupe d’Europe ?

Oui, on va la jouer, clairement. On passe à une compétition beaucoup plus relevée, surtout avec l’arrivée des franchises sud-africaines. Il faudra jouer de la meme manière sur les deux tableaux. J’estime qu’on est armé pour ça. On aura plus de qualité dans l’effectif, with a president qui s’investira au maximum.

From the meme façon que vous êtes sponsor de l’équipe de France et de Nouvelle-Zélande…

Je suis le plus grand investisseur dans le rugby mondial. Tout ça, ce sont des dizaines de millions. Mes commitment ne s’arrêtent pas là, depending on the poursuivre et les developers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.